CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR : VENGEURS DESASSEMBLEMENT!

Il m'arrive parfois de me poser la question : à quoi devrait ressembler un film de super-héros rassemblant une forte communauté d'individus à pouvoirs, engagée dans une bataille chorale? Comment faire un film qui soit divertissant, s'adresse à plus ou moins tous les publics, en évitant l'écueil éculé de la grosse bataille rangée, qui finit par fatiguer la rétine et le cerveau? La réponse est désormais évidente! Ce genre de films doit être structuré et pensé comme Civil War, une réussite indéniable, même si la perfection n'est bien sûr pas de ce monde. Le film a comme point de départ les conséquences de Avengers age of Ultron sorti l'an dernier au cinéma. Certes les super-héros sauvent la mise et le monde lorsque les enjeux deviennent trop élevés, mais qui se penche vraiment sur les dégâts collatéraux et sur la catastrophe que représente régulièrement les affrontements titanesques qui sont leur quotidien? Et surtout, en cas de bavure ou d'imprudence -ce qui est ici le cas lorsque la Sorcière Rouge provoque sans le vouloir une explosion meurtrière- qui paie les pots cassés, et qui contrôle finalement ces Avengers, qui se permettent d'intervenir sur la scène internationale sans le moindre mandat, où que personne ne les ait formellement sollicités? Du coup ce qui devait arriver arriva... l'ONU aimerait avoir un droit de regard sur la gestion du groupe. Les membres sont bien sûr divisés; d'un côté nous avons Tony Stark et ses amis qui estiment qu'une forme de recensement est parfaitement logique et inévitable, et qui signent un peu facilement les accords qu'on leur balance sous le nez... de l'autre Captain America et d'autres francs-tireurs, comme Hawkeye et la Sorcière Rouge (forcément...) décident de faire de la résistance. Hors de question pour eux de se soumettre à des gouvernements, et d'accepter le petit jeu des politiciens. Pour eux l'héroïsme est une affaire de conviction personnelle. Gros problème toutefois, lorsque le Winter Soldier -grand ami de cap depuis la Seconde Guerre mondiale, Bucky Barnes est son ancien allié et side-kick- est l'objet d'une terrible machination, et devient le terroriste le plus recherché de la planète. Il va falloir prendre des décisions, se soumettre, ou se placer hors la loi. 

En somme Civil War est aussi bien un nouveau film des Avengers que le troisième volet des aventures de Captain America. Il en reprend en effet les intrigues laissées en suspens, et les fusionne en une trame particulièrement bien écrite. Mais en plus il a l'audace d'apporter du nouveau, avec notamment deux personnages qui sont introduits à la perfection dans l'univers cinématographique Marvel. Alors certes nous n'avons pas de Thor ou de Hulk dans ce long-métrage, mais vous allez vous en remettre sans problème grâce principalement à la Panthère Noire. Vous allez pouvoir constater à quel point ce héros est irrésistible, crédible, et doté d'un charisme à l'épreuve des balles. On comprend mieux pourquoi la maison des idées a décidé de relancer une série régulière avec ce héros, car Black Panther (avec Coates au scénario, écrivain éminent et influent, proche ami du président Obama) a vraiment tout pour plaire et affoler le marketing. L'autre nouveauté c'est bien sur Spider-Man, interprété par Tom Holland. J'avais au départ de sérieux doutes sur cette incarnation, que je pensais être trop juvénile, évanescente. Bien entendu je me trompais... dès les premiers instants l'évidence se fait jour : s'il fallait aujourd'hui réécrire la légende de Peter Parker, depuis les tout débuts dans sa chambre de collégien, ce serait exactement ce qu'il faudrait faire! Attachant, attendrissant, divertissant, tout est là y comprit une Tante May moderne, qui troque les crise cardiaques des années 60 avec un look d'inspiration Milf assumée qui colle bien à notre époque. Le seul regret que je peux exprimer sur la trame de ce film, c'est finalement l'absence d'une réaction du quidam moyen face à la menace que font peser les Avengers. Certes les gouvernements se sont alliés pour en contrôler les mouvements et les agissements, mais qu'en pense l'homme de la rue, lui qui finalement est régulièrement sauvé du désastre par ces héros costumés. En a-t-il peur? Les envisage-t-il comme la source même de tous ces ennuis qui s'abattent sur notre planète? Ou choisirait-il de les défendre sans faillir? Pour le reste ce film s'éloigne bien sûr de la trame originelle de ce que fut la guerre civile en bande dessinée, néanmoins l'essentiel est là, à savoir un geste malheureux et inconsidéré, et une explosion dramatique qui laisse des morts et marque la conscience collective. Greffée sur ce désastre, la traque du Soldat de l'hiver rend l'histoire plus actuelle, à l'heure où les forces du monde entier tentent de débusquer des terroristes intégristes qui trop souvent nous échappent. Inutile donc que je vous le répète, mais les frères Russo on  accouché là de quelque chose de remarquable. Pas de quoi remporter une palme d'or à Cannes ou crier au miracle cinématographique digne d'être étudié pendant des décennies par les étudiants en art dramatique, mais tout simplement une adaptation intelligente et qui fonctionne parfaitement, dans un univers aussi complexe et fragile que peut l'être celui des super héros Marvel. Une coolitude fort appréciable qui est désormais la marque de fabrique des studios Marvel, dont l'aura plane loin au-dessus de celle de la concurrence. On attend la suite avec impatience.





A lire aussi : 



Commentaires