CIVIL WAR II CHOOSING SIDES #1 : CHOISISSEZ DE ... NE PAS L'ACHETER

C'est la guerre civile... l'heure est venue de faire votre choix, et de déterminer votre camp. Il en est de cet épisode comme de certains mariages, lorsque les deux parents décident de se séparer, et qu'ils ont conscience d'avoir chacun leurs torts et décident alors de laisser les enfants choisir avec quel géniteur se trouver des accointances. On appréciera ou on n'appréciera pas, selon les goûts personnels, mais en toute objectivité, il n'y a pas grand-chose à se mettre sous la dent dans ces trois petits récits, qui n'apportent rien -si ce n'est des détails marginaux- à ce qui se passe en ce moment chez Marvel. Declan Shalvey est l'auteur complet qui réalise le premier épisode centré sur Nick Fury contre une cellule dissidente de l'Hydra; je parle bien entendu de la version de couleur, héritée de l'univers cinématographique et Ultimate, et pas de l'ancien barbouze à cigare. Nick est pourchassé par des agents du SHIELD qui tente de l'assassiner pour la gloire de leur organisation. Vous ne comprenez pas grand-chose? Lisez un peu pour voir, et vous noterez que Hydra et le terrorisme peuvent prendre d'autres aspects étonnants. On a connu Shalvey beaucoup plus inspiré et original récemment, sur Moon Knight. Ici il adopte un style plus conventionnel, qui du coup en devient beaucoup moins passionnant.
La Seconde petite histoire met en scène Night Trasher, autrefois appelé Night Fighter à l'époque où les comics étaient publiés en vf par Semic. L'ancien chef des New Warriors est impliqué dans le grand combat face à l'invasion des Célestes, repoussée par les Avengers dans Civil War II #1. On se surprend à bâiller, malgré un peu de bons sentiments et le sauvetage d'une gamine, pour ajouter un peu de pathos aux coups de poings et autres aménités lasers. De Brandon Easton et Paul Davidson.
La dernière partie est humoristique et propose de découvrir Damage Control, cette organisation qui s'occupe de nettoyer et réparer tout le foutoir que laissent les héros et les vilains, lorsqu'ils se tapent dessus en pleine ville. Cerise sur le gâteau, on y découvre une créature (un inhumain) en forme de pelleteuse géante. Bien entendu, il vaut mieux en sourire, car tel est le but... De Chad Bowers, Chris Sims et Leonardo Romero. Reste l'idée que nous avons entre les mains une parution totalement inutile, qui ne fait que gonfler les sorties liées à l'événement Civil War II, et dont l'inexistence n'aurait choqué personne. Les complétistes et les fans hardcore sauteront bien sûr sur cette grosse vingtaine de pages, les autres -qui comme moi préfère choisir la qualité et les parutions pertinentes- économiseront quelques euros. Ah oui zut, dans mon cas il est trop tard...



A lire aussi : 

Commentaires