LA SEXTAPE DE SUPERMAN : ACTION COMICS #592 #593

Superman aussi est capable de succomber aux plaisirs de la chair... En somme, ne me dites pas que vous n'avez jamais eu la tentation de regarder la sextape de l'Homme d'Acier? Tout un programme! Comment ça elle n'existe pas? Mais alors vous n'avez jamais lu Action Comics 592 et 593, un des moments les plus WTF? de la carrière de John Byrne sur le titre. A l'époque la série est devenue le réceptacle d'une habitude vieille comme le monde, les team-up, aussi retrouvons-nous au menu Superman, Big Barda et Mister Miracle. Ces deux derniers personnages trouvent leur origine dans la saga du Fourth Word de Jack Kirby; ils sont très différents l'un de l'autre, mais ils ont fini par tomber amoureux et s'échapper d'Apokolips pour rejoindre la terre. Bien mauvaise idée que d'aller faire un tour à Metropolis dans les années 80, fortement influencée par la violence et l'état de dégradation des grandes villes américaines (l'ère Reagan...) à l'époque. Barda se rend compte que certains quartiers sont entièrement aux mains d'une micro criminalité, droguée et violente, où fleurit également la prostitution. La guerrière se rebelle à cette situation mais elle se retrouve nez à nez avec Sleez, un vilain qui a été exilé de la planète Apokolips car son degré de dépravation était bien trop élevé, même pour les standards locaux peu regardants. Il a en effet le pouvoir de corrompre psychiquement les personnes qui l'entourent, et transformer ainsi la plus innocente des étudiantes en une bombasse irrésistible et nymphomane. Imaginez un peu l'effet que cela peut avoir sur Barda, qui est loin d'avoir un physique désagréable et un comportement docile.




Scott Free (dans le numéro 593) a une double surprise en rentrant chez lui. Tout d'abord il se trouve face à face avec Darkseid, négligemment installé dans un fauteuil de son salon, ce qui est le genre de découverte inopinée qui vous laisse pantois. Ensuite on lui montre une vidéo cassette dans laquelle Barda, sa compagne, n'apparaît pas forcément sous son meilleur jour... tout à fait le type de casseroles qu'on aimerait bien éviter dans une carrière super-héroïque, et qui se répand rapidement dans la communauté du porno de Metropolis. Mais cette performance solo n'est qu'un apéritif, la vidéo suivante est bien pire. Sleez va tenter de convaincre -avec ses pouvoirs- Superman de réaliser un petit gonzo avec la belle Barda. Ce n'est pas simple car l'homme d'acier résiste et il ne met pas beaucoup de passion dans son jeu d'acteur (ce qui lui est textuellement reproché dans l'épisode). Scott est ralenti par un piège qu'on lui a tendu, enchaîné dans une caisse plongée dans les eaux. Il parvient à se libérer (c'est sa spécialité) et entame une course contre la montre pour séparer sa bien-aimée et le boy-scout avec lequel elle s'apprête à commettre l'inévitable... lorsqu'il fait irruption pour suspendre leurs ébats, il découvre Superman et Barda en train de s'embrasser et de se caresser. Soyons honnêtes nous sommes bien loin d'une vidéo à la Jacquie et Michel, ou à la Brazzers, et les deux acteurs sont encore vêtus.



Mais... Mais... Tout d'abord morale de l'histoire Sleez est finalement vaincu et Superman s'excuse auprès de son ami en arguant du fait que ses intentions étaient bonnes, et qu'il va falloir le croire! C'est qu'il a beau avoir le pouvoir de sauver le monde et être l'homme le plus fort de l'univers, sa carrière dans le cinéma X est loin d'être garantie, et il semble bien plus à l'aise quand il s'agit d'aller passer une rouste à Lex Luthor, que lorsqu'on lui demande de batifoler devant une caméra. Reste la question finale qui se pose : en l'absence de Scott Free, occupé à terrasser son adversaire, et puisque la caméra n'a cessé de tourner jusqu'à ce que Sleez soit hors d'état de nuire, existe-t-il vraiment une preuve vidéo des talents de Superman au lit, sans son costume, et en pleine action (Action Comics, le titre aurait été justifié)? Seule Big Barda détient peut-être la réponse (ou Lois Lane... Ou Wonder Woman...). 
Que je sache, inédit en Vf


A lire aussi : 

Commentaires