JUSTICE LEAGUE REBIRTH : BRYAN HITCH EN PILOTAGE AUTOMATIQUE

La Justice League également a droit à son numéro spécial Rebirth. Le groupe vient de subir une perte importante, puisque Superman est mort! Du coup l'idée la plus brillante de Batman est d'engager -pour augmenter la force de frappe du team- Superman... oui car il y a un autre homme d'acier dans la ville, celui qui autrefois évoluait dans l'univers narratif d'avant les New 52 et qui est marié avec Loïs Lane, et père d'un enfant. Et il ne sera pas de trop pour repousser la menace du jour. Comme très souvent lorsqu'il s'agit de décrire un scénario apocalyptique, les auteurs ont recours à un méchant issu de l'espace. Ici il s'agit carrément d'une invasion alien avec un énorme parasite appelé le moissonneur (Harvester) et qui est venu décimer la planète. Et encore il semblerait qu'il ne soit que le précurseur d'une armée à sa suite... soyons honnêtes il n'y a pas une grande profondeur dans ce numéro paru cette semaine; pas le temps de faire dans l'introspection ou l'analyse de ce que ressentent les personnages, même le drame vécu par Wonder Woman (elle a perdu celui qu'elle aimait tout de même) est juste ébauché, et cela manque complètement de pathos. Bryan Hitch a choisi l'action, c'est sous cet angle qu'il nous présente cette vingtaine de pages censée faire la jonction entre les cinq dernières années chez DC Comics et ce qui nous attend dans les mois prochains. C'est bien cela le problème, le manque d'émotion. On entendrait presque l'éditeur murmurer derrière les héros "bon certes Superman est mort, mais on a tout de suite trouvé un remplaçant, en fait on l'admet on s'est planté ces derniers temps, et là il faut qu'on revoit notre copie, et vite" .
Hitch fait de son mieux au dessin; sur certaines planches c'est vraiment très beau et on se rend compte à quel point il est capable d'être efficace dès lors qu'il s'agit de s'attacher aux détails ou aux poses des personnages. Mais à d'autres endroits on a l'impression que l'artiste bâcle un peu des visages ou plusieurs cases, et le sentiment global est celui d'une précipitation coupable dans la représentation des combats et de l'urgence du champ de bataille. Certes Justice League Rebirth est très attendu et c'est probablement un des comics qui va se vendre le mieux ce mois-ci, mais puisque nous sommes là aussi pour être objectif et apporter une critique cohérente, notre conclusion sera plutôt négative. Et mis à part vous communiquer notre déception n'avons pas grand-chose d'autre à dire.


A lire aussi : 


Commentaires