JUSTICE LEAGUE TOME 9 : LA GUERRE DE DARKSEID première partie

On nous l'annonce depuis le début, le temps est venu de s'y mettre sérieusement : la guerre de Darkseid commence donc dans cet avant dernier tome de la Justice League, publié en librairie par Urban Comics. Les deux grands antagonistes sont des créatures cosmiques d'une grande ampleur; Darkseid tout d'abord, est une sorte de tyran sanguinaire qui fait régner le malheur et la souffrance sur un monde lointain et guerrier appelé Apokolyps. En face de lui nous avons l'Antimonitor, qui est une force de la nature impressionnante, et qui fut en son temps (dans la version de l'univers Dc de 1985) le grand méchant de la légendaire aventure Crisis on Infinite Earths. Et comme un conflit n'arrive jamais par hasard ou de manière impromptue, parlons aussi du messager, celui qui vient communiquer la guerre naissante. Il s'agit de Metron, qui traverse l'espace sur son fauteuil de Mobius, un instrument qui lui permet d'avoir la connaissance de tout ce qui s'est passé et se déroule aujourd'hui dans l'univers. Aucun secret, aucune interrogation ne peut rester sans réponse, lorsque vous êtes installé sur ce fauteuil. Pendant ce temps sur Terre s'installe une dualité implacable entre Superman et Lex Luthor, qui a dorénavant intégré les rangs de la Justice League. Ce dernier s'est construit une armure sur mesure qui lui permet d'acquérir un pouvoir notable, le plaçant à égalité avec d'autres membres de la célèbre équipe de super-héros. Néanmoins Lex reste fondamentalement une personne indigne de confiance, et il est clair qu'il est bien difficile de croire un seul instant à sa reconversion parmi les forces du bien! Les pions sont en place et le conflit peut éclater...



Nous sommes là dans un gros blockbuster hollywoodien. Ne cherchez pas la subtilité et l'introspection à outrance, ici ça explose et ça détonne. Geoff Johns sort l'artillerie lourde, au point parfois de dérouter le lecteur, comme avec cette version de Batman tout puissant doté d'un look ultra technologique qui n'est pas sans rappeler le film Tron, ou les apparences des personnages impliqués dans la saga Fear Itself, chez Marvel. Jason Fabok est brillant aux dessins, dans son style réaliste et appliqué. L'élève de Finch a dépassé le maitre et il est aujourd'hui un dessinateur parfait pour ce genre de conflits cosmiques où tout le gratin de l'univers va en découdre. Efficace et blindé pour aller au front, ce neuvième tome est destiné à vous envoyer au tapis d'un crochet du gauche, et n'attendra pas la victoire par points. Dommage juste que l'ensemble soit divisé en deux parties, et que le final de cette Guerre soit à venir dans le tome 10, dans quelques mois.


A lire aussi :



Commentaires