SUPERMAN RED SON (DC COMICS LE MEILLEUR DES SUPER-HEROS TOME 25 CHEZ EAGLEMOSS)

Un volume à ne pas perdre en ce moment, dans la collection Dc Eaglemoss, en kiosque. Il s'agit de Red Son, de Mark Millar. Si vous ne connaissez pas cette histoire, voilà de quoi il s'agit.
Superman est un extra-terrestre, et son apparition au coeur du Kansas n'est du qu'à un heureux hasard, son astronef ayant habilement choisi le sol américain pour déposer le bambin prodige. Mais à une douzaine d'heure près, le crash aurait pu se produire en Ukraine, et la face du monde (tel que vu par Dc Comics) en aurait été profondément bouleversé. Superman grandit donc dans un kolkhoze soviétique (on ne verra rien de ces années de formation dans cette aventure) et devient à l'age adulte le bras droit de Joseph Staline, avant d'en être le successeur, après la mort du dictateur. Luttant contre les jalousies d'un des fils illégitimes de son protecteur, s'opposant aux américains et leurs visées déviantes inspirées par un Lex Luthor génial et dangereux (il parvient à créer une sorte de “Bizarro”, une réplique dégénérée du héros), Superman est le sauveur de l'Union Soviétique, puis du monde. Les américains résistent, et sur le sol russe, les rares opposants trouvent en Batman une figure courageuse pour entretenir l'espoir. Superman se rapproche également de Wonder Woman, ambassadrice de Thémiscyra, mais l'amour ne filtre jamais, étouffé par la politique et ses exigences. Le monde selon Superman finit par ressembler à une sorte d'utopie policière à la Orwell, où le bien commun ne s'embarrasse pas toujours du libre arbitre ou des libertés individuelles (qui conteste trop peut être “reconditionné” par Brainiac, allié de Superman). Le lecteur, lui, peut s'amuser à comparer les versions classiques des héros ou personnages secondaires de l'univers Dc, ici revisités souvent avec pertinence, comme Lois Lane, Hal Jordan, Jimmy Olsen, et d'autres encore. Une bonne salade russe.

Honneur à Mark Millar d'avoir su pondre un récit totalement ancré dans une réalité virtuelle, et d'avoir su garder l'attention du lecteur sur l'ensemble de son oeuvre. Ce genre de projet peut vite devenir lassant, mais ici, l'analyse de ce que serait la réaction américaine face à la suprématie russe (qui détient avec Superman une arme comme chaque gouvernement en rêverait, sans oublier que c'est aussi un puissant argument de propagande), en pleine guerre froide de surcroît, est plutôt intelligente et éloquente. Superman garde en grande partie ses caractéristiques, il reste une force du bien, soucieux d'aider l'humanité, et pas seulement sa patrie d'adoption, mais les logiques de la politique globale, les concessions qu'elle implique, finissent par pervertir un homme bon et droit, et l'entraînent vers une série d'erreur de jugement qui le rendent peu à peu beaucoup moins sympathique que ce que nous connaissons habituellement. On pourra juste regretter le choix de l'auteur de ne pas avoir forcé le trait, et de ne pas nous avoir montré la vie quotidienne en Urss, qu'on suppose éprouvante, comme dans tous les régimes totalitaires où rien ni personne ne peut s'opposer aux forces dominantes. Coté dessins, Dave Johnson (puis Kilian Plunkett en renfort pour la fin de ce Red Son) mélange habilement le style graphique typique de l'art communiste avec les exigences et habitudes des comic-books traditionnels. On fermera un oeil sur les visages féminins pas très gracieux, et on appréciera le fait qu'on ne s'ennuie guère dans cet album, qui tient en haleine avec une plongée glaçante dans les affres de l'équilibre (bouleversé) de la terreur, et se termine par une pirouette scénaristique intéressante, qui transforme Superman en une figure iconique et cyclique. Il reste de tout ceci, des années après, l'impression que nous avions là une véritable grande maxi série à développer, de manière à prendre le temps d'explorer les conséquences d'un tel renversement de point de vue géopolitique. Un album fortement recommandé, qui ne fait qu'alimenter le regret de ne pas en avoir eu et lu plus, tant il reste à dire et montrer dans les marges de ce Red Son.



A lire aussi : 





Commentaires

Enregistrer un commentaire

Désormais c'est à vous de jouer. Prenez votre plume ou votre clavier, et merci pour votre prose !