NINJAK TOME 1 : L'ARMURERIE (CHEZ BLISS COMICS)

Le catalogue Valiant continue de s'étoffer chez Bliss comics, avec l'arrivée d'une nouvelle série Ninjak, dont le tome 1 est proposé au prix d'appel de 10 €, comme il est désormais de coutume. Le héros de cette histoire se nomme Colin King; autrefois il appartenait aux services secrets britanniques. C'était un simple espion qui n'était pas forcément porté sur la baston, et qui a peu à peu affiné ses dons au point de devenir une arme redoutable. Il maîtrise aujourd'hui à la perfection tout un arsenal de techniques de combats empruntées aux arts martiaux, et il possède une armure furtive dotée d'un très grand nombre de gadgets bien utiles. Derrière la façade se cache toutefois un homme meurtri avec une enfance très difficile derrière lui, qui revient sous forme de flash-back dans ces cinq épisodes écrits par le scénariste Matt Kindt. Ce dernier nous montre que le jeune Colin a eu bien des problèmes dans la relation avec ses parents absents, et qu'il fut élevé par un domestique violent, qui jouait de la ceinture, voire bien pire encore. Un rapport de haine s'était installé entre les deux au point que le jeune garçon a même tenté d'empoisonner celui qui le maltraitait. C'est assez drôle de voir le contrepoint pris par cette histoire avec l'entente qui a pu régner entre Bruce Wayne et le majordome Alfred. Un contre-exemple parfait de ce qui se fait dans l'univers de Batman. Il est donc aujourd'hui très difficile pour Ninjak de subir, de prendre une rouste sans réagir, de se laisser malmener sans briser la nuque de ceux qui s'attaquent à lui. Pourtant il va bien devoir se forcer et accepter l'idée de subir un passage à tabac, car cela fait partie des épreuves nécessaires s'il veut parvenir à gagner la confiance de Kannon, un des 7 personnages influents qui composent une cabale secrète, répondant au nom des sept ombres. L'initiation n'est pas simple, et ce n'est pas le super héros mais l'homme (Colin donc) qui est appelé à prendre sur lui, pour montrer patte blanche et infiltrer ainsi une organisation qui autrement ne peut être abattue, car trop tentaculaire et mystérieuse. Mieux vaut en prendre le contrôle, mais pour cela il va falloir réussir le plus difficile, s'y infiltrer avec subtilité.

Kannon est la clé pour accéder à l'Armurerie, c'est-à-dire une organisation, un vaste réseau clandestin, qui peut fournir à ses clients toutes les armes possibles et imaginables, voire même l'inimaginable. Ninjak s'apprête donc à remonter la filière pour porter un coup décisif à cette cabale, mais cela serait compter sans l'une des gardes du corps du maître shinobi (Roku) qu'il combat après l'avoir sauvée des geôles d'une prison russe. Elle est dotée d'une chevelure meurtrière et d'une habileté au combat exceptionnelle. En somme, une épine dans le pied des plus douloureuses.
Au dessin nous trouvons Clay Mann, dont les planches sont fort belles,  soignées et toujours en mouvement. C'est plastiquement assez réaliste et fort agréable à regarder, même si la mise en couleurs paraît froide par endroits, ou tout du moins artificielle. Quand à Butch Guice, que nous avons déjà vu sur la série Captain America par exemple, il offre quelques bonus époustouflants dans son style si caractéristique, et nous replonge dans le passé de Colin, à l'époque où il débutait dans l'espionnage, et où il a commis la malencontreuse erreur de nouer une relation sentimentale avec celle qui était censé le former et le superviser. Des explications fort intéressantes qui reviennent sur les premiers pas d'un héros pas comme les autres, et renforce l'intérêt de ce récit d'espionnage dopé à l'adrénaline pure. Ces quelques pages supplémentaires se nomment les dossiers secrets de Ninjak, et ce sont des compléments de lecture pertinents et édifiants. Sans pour autant être la grande série à recommander en premier pour ceux qui décident de se plonger dans l'univers Valiant, il est évident que la nouvelle mouture de Ninjak a tout pour plaire et que ce premier tome mérite amplement d'être essayé, surtout au prix de 10 €. Vous ne risquez pas de vous sentir lésés, à une époque où les comics d'espionnage et de complots tentaculaires parviennent à trouver un public fourni. Il existe probablement une réelle place pour le personnage sur vos étagères, qui se situe quelque part entre le Gambit originel chez Marvel, Diabolik le célèbre cambrioleur italien, ou même Deathlock chez Dc comics. 



A lire aussi : 


Rejoignez la communauté sur Facebook !




Commentaires