ALL NEW X-MEN 5 : LES DEBUTS DES "APOCALYPSE WARS" EN KIOSQUE

Nous avons deux raisons de faire le point sur la revue mensuelle éditée par Panini, et intitulée All New X-Men : en effet c'est ce mois-ci que débute le grand crossover les guerres d'Apocalypse et le sommaire s'étoffe, passant désormais à 128 pages. Ce sont les Extraordinary X-Men de Jeff Lemire et Humberto Ramos qui ouvrent le bal. Après des débuts en fanfare, la série a connu un petit coup de pompe, et ce mois-ci c'est l'affrontement entre les mutants et Sugar Man qui est le plat de résistance. Il faut en fait attendre le twist final pour comprendre ou veut en venir l'auteur canadien, et mouvoir les premiers pas en direction de ce qui va suivre, c'est-à-dire je le rappelle ces fameuses guerres d'Apocalypse. La série Uncanny X-Men de Cullen Bunn est-elle centrée autour du groupe de Magnéto, des mutants beaucoup plus radicaux et axés sur la violence. Il fonctionne selon une dynamique de séduction répulsion, notamment entre la belle Monet et Dent de Sabre, mais aussi entre le Maître du magnétisme et les autres. Magnéto utilise toujours autant la tromperie pour parvenir à ses fins, et à force de garder ses plans secrets, il va finir par voir les autres se méfier de lui, voir se détourner, comme Psylocke. Cette dernière à fort à faire avec Archangel : elle a beaucoup tenté pour pénétrer son esprit, et parvenir à atteindre celui qu'elle aime, et qu'elle pense enfoui au fond de cette carapace vide et froide. Rien ne semble y faire, et lorsque cela fonctionne enfin, c'est pour une vision d'horreur qui annonce peut-être une catastrophe immense à venir. Là encore la dernière planche nous promet de belles choses pour le mois prochain, notamment concernant la véritable identité de Angel/Warren Worthington. Le mystère s'épaissit et il faut bien admettre que tenter de comprendre quelque chose risque de vous filer la migraine. Greg Land continue son travail léché et plastiquement agréable, avec toutefois cette mauvaise habitude de copier les visages et les sourires d'un épisode à l'autre : ça lui facilite le travail, mais le lecteur habituel a l'impression de regarder toujours les mêmes pages.

À côté de tout ceci, nous avons également trois épisodes de la série All New X-Men. Les jeunots qui ont été rapportés à notre époque sont finalement restés, une énorme erreur qui a brisé le continuum temporel, et amené bien des problèmes. Le Fauve s'en veut pour avoir commis cette bourde, mais il est trop tard pour pouvoir la réparer. Il cherche néanmoins une solution, et semble prêt à s'adresser à n'importe qui, même aller voir du côté de la magie (et donc du Docteur Strange) ce qui est particulièrement embarrassant pour un individu qui a toujours fait de la science le point de repère absolu de son existence. Pendant ce temps-là Scott Summers -le jeune Cyclope- se fait sévèrement tabasser dans les catacombes de Paris. Le crapaud lui défonce la tête, et pourtant Scott s'en tire, là ou un individu normal aurait probablement eu la boîte crânienne défoncée, et resterait paralysé à vie, ou pire. Ah la magie des comics! Il y a de bonnes idées et de bonnes intuitions dans ce qu'écrit Dennis Hopeless, mais d'un côté je ne peux m'empêcher de penser qu'il serait peut-être temps de mettre un terme à cette excursion temporelle. Certes faire revenir la jeune Jean Grey a permis de tisser de nouveau fils narratifs, surtout maintenant qu'est arrivé à notre époque une nouvelle version de Wolverine (Old Man Logan). Je ne peux aussi m'empêcher de constater que finalement ces jeunes mutants pourraient tout aussi bien repartir là d'où ils sont venus, sans que l'univers des X-Men en soit bouleversé. Bien au contraire, il gagnerait probablement en clarté et en lisibilité. Les dessins sont de Mark Bagley, qui a toujours les mêmes qualités et mêmes défauts, et Paco Diaz. Je vous invite tout de même à acheter cette revue qui est pour moi fondamentale, depuis que je lis des comics en VF. J'ai toujours eu une passion certaine pour la famille mutante, que ce soit à l'époque de Lug/Semic, avec Spécial Strange, ou aujourd'hui avec Panini. Avec ces X-Men nous avons affaire à des héros absolument incontournables, qui ont marqué pendant des décennies nos lectures Marvel... quelle tristesse de voir qu'aujourd'hui la maison des idées de mise plus vraiment sur ces personnages, et préfère mettre en avant les Inhumains, pour de basses raisons économiques et cinématographiques. Cela ne vous plaît pas à vous non plus? Vous souhaitez entrer et faire partie de la résistance? Il y a une solution toute simple :  allez en kiosque et déboursez environ €, pour une revue de 128 pages. Soutenez les mutants les amis! 



A lire aussi : 




Commentaires