THE WALKING DEAD LA SAISON 7 : NOTHING WILL BE THE SAME. ANYMORE

(Spoiler dans le second paragraphe : Attention)
A l'ère moderne d'Internet, tout le monde voudrait savoir avant les autres, et finalement personne ne veut savoir vraiment. Je veux parler bien entendu du fatidique spoiler, ce moment aussi désagréable qu'inéluctable, ou nous apprenons une nouvelle qui nous tenait en haleine et sur le gril depuis des mois, parfois des années, et qui vient démonter complètement la moindre velléité de surprise ou d'émerveillement, sur le moment. Alors bien sûr, on l'a forcément cherché, admettez-le donc, vous ne voulez pas savoir, mais vous fréquentez les réseaux sociaux et internet, avec la fébrilité de celui qui pense qu'entre les lignes se cachent des indices capitaux. Du coup, coup de massue sur la nuque, vous savez avant de lire ou de regarder, et ce n'est plus pareil. Prenez par exemple la célèbre série The Walking Dead : la saison 7 a enfin commencé. C'était dimanche dans la nuit; des hordes de fans ont suivi le premier épisode en direct, ne pouvant plus tenir un seul instant. Nous allions enfin savoir qui allait être l'heureux élu -où les heureux élus- de Lucille, la batte de base-ball utilisée par Negan, pour mettre fin au jours d'un -ou plusieurs- des rescapés historiques de la série, qui bat tous les records d'audience. Certains ont été déçus, d'autres -la plupart- ont adoré (et sont choqués) et souligné le côté gore, malsain, et ultraviolence de ce retour en fanfare. Pour notre part, rien de bien surprenant puisque nous avions déjà deviné l'identité de la ou des victimes, depuis très longtemps. Ceux qui nous croisent parfois au hasard des réseaux sociaux se rappellent probablement de notre raisonnement. J'invite formellement tous ceux qui ne veulent rien savoir, et qui redoute le moindre spoiler, à ne pas poursuivre la lecture, et se contenter de ce premier paragraphe. Dans le second nous allons aborder concrètement le chapitre des victimes, stoppez donc la lecture maintenant, et rendez-vous demain pour un autre article. Autrement ne venez pas dire que nous ne vous avions pas prévenus! Les autres, on continue.

Finalement la série télévisée opte pour la solution la plus simple et la plus courue, à savoir rattraper les comics et la série de Robert Kirkman. Les deux personnages qui connaissent un destin tragique au début de cette saison 7 sont en effet déjà morts dans la version papier. Pour Glenn c'est un crève-cœur, car il accompagne le groupe depuis les tout débuts, et on peut imaginer l'impact dévastateur de son trépas sur Maggie, qui attend de lui un enfant. Pour Abraham nous avions vu juste, l'acteur qui l'interprète (Michael Cudlitz) avait en effet participé à de très nombreux -trop nombreux- Comicon et salons de la BD à travers l'Europe et les États-Unis... une activité suspecte totalement incompatible avec l'emploi du temps du tournage de la saison 7. C'était aussi une façon probablement de le remercier, et de le dédommager pour quitter précocement le show. Reste que la tension narrative est incroyable du début à la fin de l'épisode, votre pouls monte à son maximum, les plus émues verseront des larmes à torrents, et ceux qui aiment le gore et les actes sanguinolents vont être à l'aise avec ce déferlement de violence, personnifié par un Negan brillant (Jeffrey Dean Morgan), détestable à souhait, qui s'impose comme le grand vilain tant attendu de la série, depuis le départ du Gouverneur. Et à côté celui-ci était vraiment un enfant de chœur.
Reste donc un champ de ruines. Rick et les siens semblent brisés. Physiquement, mais aussi psychiquement, moralement. Ils ont compris la leçon, et la résignation est de mise. Même Rick a du faire face à l'insoutenable. Il croyait avoir tout connu, tout affronté, mais là Negan le pousse à l'ultime retranchement, et le fait sien, aux yeux de tous. The Walking Dead connaît donc avec cette saison 7 un tournant capital. Il ne reste plus rien du très mince espoir qui a toujours soutenu les rescapés depuis les débuts. Plus personne n'y croit encore. L'horreur et la désillusion sont totales, absolues. L'humanité s'est envolée, une dernière fois. Inutile de le préciser, on attend donc des épisodes denses et étouffants, cruels et passionés, et plus que jamais, il faudra avoir l'estomac bien arrimé. Bienvenue en enfer, le vrai. 


A lire aussi : 



Rejoignez la communauté sur Facebook ! 

Commentaires