WE ARE ROBIN : LA SERIE EN KIOSQUE DANS BATMAN UNIVERS HS 3

Quand le chat n'est pas là, les souris dansent, et quand Batman est absent, les rouge-gorges le remplacent avec plaisir. C'est que Batman n'est plus vraiment de la partie, ces temps derniers, du coup qui peut défendre Gotham contre les nombreuses menaces qui continuent de poindre, jours après jours? La réponse est simple : des jeunes gothamites, des volontaires, des individus animés de bonnes intentions mais pas toujours formés de manière adéquate, qui descendent sur le terrain, avec leurs poings et leurs compétences acerbes, pour faire régner tant bien que mal un peu d'ordre et de justice. Le plus connu d'entre eux pour les lecteurs s'appelle Duke Thomas. Son drame intime est simple : il a perdu ses parents, dans le sens où il ne sait pas où ils sont passés, depuis que le Joker à infecté toute la ville avec son virus sardonique. Peut-être sont-ils morts, peut-être sont-ils à la dérive dans les sous-sols du métro, toujours est-il que pour le moment sa quête reste vaine. Mais le jeune homme est vite recruté par une association mystérieuse, qui répond au nom de code du Nid. Il n'est pas le seul, d'autres adolescents font partie de cette bande de nouveaux Robin, sans pour autant qu'ils sachent véritablement qui tire les ficelles et leur donne des ordres dans les coulisses. Logiquement la plupart pensent que c'est Batman qui est derrière tout ceci, mais la vérité est toute autre. Duke est à deux doigts de se faire tabasser dans les sous-sols de Gotham par une bande de SDF fanatiques, qui a placé une bombe sous les archives municipales. Les gamins vont se donner fort à faire, et parvenir à désamorcer l'engin, mais ce ne sera pas sans y laisser des plumes, malheureusement. Et puis un nouveau Batman entre dans la danse, affublé d'une armure! Le commissaire Gordon ne ressemble pas à son prédécesseur, et ça ne lui plaît pas trop de voir ces kids volontaires mais maladroits tenter de jouer au super-héros.

La série we are Robin débarque donc sous forme d'un hors-série de 132 pages, publié chez Urban Comics, pour moins de 6 €. Ne cherchez pas, au niveau qualité-prix voilà un rapport exceptionnel, et je le répète pour la énième fois, nous adorons véritablement cette solution, qui est la plus simple pour que tout le monde puisse se procurer ces aventures. Lee Bermejo est au scénario mais aussi aux couvertures, et si le départ est un peu long, rapidement la sauce monte, et nous suivons les épisodes avec la certitude d'avoir entre les mains un produit pensé et bien écrit, pour les lecteurs les plus jeunes notamment. Côté dessins, Jorge Corona fait par moments penser à Humberto Ramos,  plus sage et moins audacieux dans la construction des planches. C'est d'ailleurs Rob Haynes qui s'occupe du découpage. C'est efficace, pas toujours très gracieux, alternant de bonnes planches à d'autres plus modestes. La série a énormément recours aux nouvelles technologies, avec des Robin qui passent leur temps à jouer du smartphone, ou se plaindre de ne plus avoir de réseau, alors qu'ils sont au front. Des ados de notre temps, quoi. Encore un titre qui n'a aucunement honte d'aller draguer sous la barre de l'âge majeur, avec interroge l'engagement ou l'apathie des ados devant une cause plus grande qu'eux. Ces Robin là ont fait leur choix, et tant pis si ça ne semble pas plaire à tout le monde. Dans l'univers Dc, la mise en danger de mineurs, après tout, c'est le pain quotidien des plus grands héros. N'est-ce pas Batounet? 


A lire aussi : 




Commentaires