BATMAN : RETURN OF THE CAPED CRUSADERS (DVD - ANIME)

Vous le savez, l'univers de Batman n'a pas toujours ressemblé à un spot publicitaire pour une dépression neurasthénique en phase aiguë. Les années 60, avec la célèbre série télévisée bariolée, et le Comics code toujours prêt à faire passer le couperet de la censure, ont offert au public une toute autre vision de la chose, bien plus loufoque et ingénue. Vouloir reproduire ces caractéristiques un demi siècle plus tard, à une ère radicalement différente, est bien sûr impossible, et l'opération ne peut que se révéler postiche, même si parfois on obtient quelques petites pépites décalées. Cette version animée est donc avant tout un hommage, un gros clin d'oeil, plus qu'une véritable oeuvre majeure ou ambitieuse, c'est un produit d'entertainment, sans objectifs poussés à la clé. Le revival en images, après la série Batman '66 ces dernières années chez Dc, qui fut d'une qualité inégale et souvent ennuyeuse. La bande-son originale accompagne la présentation de ce dvd, qui démarre avec un mix entre les images d'alors, et les couvertures historiques de Detective Comics. Certains des acteurs de la belle époque reviennent ici pour prêter leur voix (bien que forcément plus empâtée et vieillissante) ce qui est une raison de préférer (comme toujours finalement) la Vo. Mention particulière au Batman d'Adam West, toujours aussi pédant et formel, choisissant un vocabulaire élaboré, et concluant ses enquêtes avec des déductions vraiment tirées par les cheveux, au grand plaisir des spectateurs séduits par cet improbable esprit éclairé. Chez les méchants, nous retrouvons Julie Newmar en tant que voix de Catwoman, et elle est flanquée du Joker, sans la moustache de Cesar Romero, du Pingouin, et du Riddler, c'est à dire le Sphinx en vf.


L'essentiel des moments forts de la série est utilisé, avec des ajouts qui raviront les fans hardcore, comme le moment où Batman et Robin enfilent le costume (jusque là ce détail n'apparaissait pas), ou la galerie parcourue par la Batmobile, pour sortir de la caverne. Bien entendu, n'oublions pas les onomatopées en surimpression, ou les traquenards absurdes dans lesquels tombent bêtement les héros, comme des nigauds. Finalement on appréciera que l'animation permette des choses que les pauvres moyens techniques de l'époque ne consentaient pas, et même si la candeur d'alors, et l'humour ravageur amplifié par la répétition des épisodes est y ici absente, on prend globalement du plaisir avec cet animé sympathique.
A noter aussi la transformation subtile de Batman dans la seconde partie, qui se rapproche de ce qu'il deviendra par la suite, portant un regard plus sévère et adulte sur la Gotham qui l'entoure, ce qui ne manquera pas de satisfaire les fans du personnage. Le final est un hymne au cartoon plus qu'à la série, avec des gags et des séquences qui autrement ne pourraient être réalisées tels quels. Bref, à voir avec innocence et envie de se divertir, et à conseiller pour les fans du Batman en pyjama psychédélique qui distribue des marrons à des ennemis, plus cossasses qu'inquiétants. 


A lire aussi : 







Commentaires