THANOS #1 : LE TITAN FOU EST DE RETOUR AVEC JEFF LEMIRE ET MIKE DEODATO

Thanos est de retour. Tout simplement. Non qu'il soit parti très loin, nous autres lecteurs venons à peine de lire ses aventures, écrites par Jim Starlin, dans le graphic Novel La fin de l'infini. Mais cette nouvelle série, confiée aux bons soins de Jeff Lemire, part du postulat que la nature a horreur du vide, et qu'en l'absence du Titan fou aux affaires, ce sont ses adjudants qui profitent des restes. Prenez par exemple un certain Corvus Glaive. Un des grands méchants de la saga Infinity, que nous devons à Jonathan Hickman. Autrefois simple laquais de Thanos, il a mis à profit son pouvoir et le trône vacant pour renforcer son influence, et régner sur une portion du cosmos, par la force. Depuis sa base qui est un clin d'oeil à l'Etoile Noire de Star Wars, Corvus rêve de grandeur mais doit accepter l'inévitable : le jour où Thanos revient, dans toute sa fureur tranquille, il ne peut rien faire que de voir ses ambitions se briser en pièces, et observer son propre trépas, la mort pour avoir oser donner corps à ses ambitions, face à un adversaire qui fait trembler l'univers, dès lors qu'on prononce son nom. 
Lemire n'utilise pas que Thanos, pour ce premier numéro tant attendu. Nous retrouvons aussi un des doyens de l'univers, souvent présenté comme une brute sans cervelle, le Champion (qui portait en son temps une des gemmes du pouvoir, tout de même). Et également Starfox (Eros en vf) qui fut dans les années 80 membre des Avengers, et qui assume pleinement son hédonisme, en s'entourant généralement d'un harem de splendides créatures. Apparition pour finir de Thane, le fils de Thanos, et de la Mort elle -même, qui a une place prépondérante puisque c'est elle qui est à la source de la principale révélation de ce premier nuémro, qui risque fort de changer la donne, et de proposer une vision inédite d'un personnage au sujet de qui on pensait à tort avoir tout raconté. 
Le dessin est de Mike Deodato Jr, qui régale en termes de détails, de majestuosité, et offre à Thanos et ses actions un écrin digne de sa puissance et de son inéluctable retour. L'ensemble est fascinant, et en même temps déroutant. Jeff Lemire opte pour un choix large, et ne définit pas encore de vrai méchant (Thanos, bien sûr, mais on sent poindre qu'il va dépasser cette caractéristique) ou de vrai héros (Starfox et le Champion? Seriously?). Il embrasse une situation donnée, et prépare les cartes pour un drame qui pourrait être tout aussi bien intimiste (le split final le laisse à penser) que cataclysmique (Thanos revient avec pertes et fracas). Finalement ce nouveau titre en dévoile autant qu'il en dissimule à nos yeux. Nous attendrons encore un peu pour formuler une véritable opinion, mais la maestria habituelle de Lemire, et le peu que nous sentons déjà poindre, nous mettent assurément en appétit. 




A lire aussi :




Commentaires