THANOS LA FIN DE L'INFINI : DERNIER ACTE POUR LA NOUVELLE SAGA DE JIM STARLIN

Thanos a toujours été amoureux de la mort : une passion malsaine qui caractérise toute sa carrière et son désir de repos éternel. Alors pour lui se suicider n'est pas forcément un problème, puisque c'est aussi retrouver les bras tants soupirés de sa compagne de l'au-delà. C'est que la vague d'annihilation est en train de faire des dégâts dans l'ensemble de l'univers : toute la réalité est conquise puis détruite par le seigneur de la Zone Négative et son armée. Les héros tombent tous au champ d'honneur. Adam Warlock (ou plutôt sans double issue d'une autre réalité) est momentanément placé dans un coma artificiel, captif de son ennemi. On trouve bien Pip le Troll qui tente de le délivrer, mais ça n'est pas si simple, et en attendant Annihilus a les coudées franches, pour mettre à sa botte le cosmos tout entier. Alors pour Thanos, le repos n'est plus à l'ordre du jour, et le revoici parmi nous, pour une ultime tâche à accomplir : sauver ce qui peut encore l'être, en s'alliant avec les plus grands héros survivants, qui sont basés en secret sur ce qui reste de la Lune. Comme toujours, le Titan Fou a des plans extrêmes pour parvenir à ses fins, et ses alliés ressemblent plus à des pions qu'à de véritables compagnons d'armes. Cette fois il demande un volontaire pour se sacrifier sur l'autel du bien commun, et c'est le pauvre Nightcrawler qui se retrouve lobotomisé et destiné à sauver l'univers. Hélas, peine perdue, Annihilus frappe à nouveau, et inéluctablement c'est la fin de tout, de tous. Vous allez me dire, comment diable Starlin va t-il conclure son intrigue, si l'anéantissement complet survient en cours de route? Va t-il laisser des dizaines de pages blanches à faire remplir comme autant de blank covers durant les conventions comics? Que nenni, l'esprit du lecteur s'élève, et il part à la rencontre de son créateur...

Jim Starlin fait référence, au détour de quelques dialogues, a ce qui s'est passé récemment durant les Secret Wars, à savoir qu'une poignée de Beyonders renégats sont parvenus à détruire l'intégralité du multivers Marvel. Mais on sent bien qu'il aurait eu envie d'écrire tout autre chose, et que ce n'est pas du tout sa manière de présenter un conflit à l'échelle cosmique : chez-lui l'action est avant tout intériorisée, ce sont les réflexions métaphysiques qui priment, et c'est ce qui a d'ailleurs rendu des personnages  comme Thanos ou Adam Warlock inoubliables. Starlin fait des références chrétiennes, des emprunts mythologiques et saupoudre le tout d'un mysticisme assumé, pour proposer une vision de la spiritualité, qui a séduit des milliers de lecteurs. Ici par exemple, nous remontons encore plus haut dans la hiérarchie, au-dessus de Infinité, Eternité, et même du tribunal vivant. Thanos s'en va ainsi négocier avec Celui-au-dessus-de-tout, une façon détournée, probablement, de mettre en scène Dieu tel que les chrétiens osent l'imaginer. C'est Ron Lim qui dessine cette aventure censée être le dernier chapitre de la Saga de l'infini, son trait est toujours simple et immédiat, d'une grande lisibilité. C'est véritablement son point fort, celui de rendre toujours une copie agréable et suffisamment détaillée, pour convenir à la majorité des lecteurs. Bien sûr nous ne sommes plus dans les années 90 et même si de nombreux personnages apparaissent le temps de se faire trucider, il est hors de question de laisser Starlin empiéter sur les autres séries, et il n'existe pas de tie-in ou de répercussions dans le reste du Marvelverse : la Maison des idées accepte qu'il fasse joujou avec ses personnages, sa réalité, mais en sortant, il doit laisser les choses en ordre, comme il les a trouvées, ce qui implique logiquement un manque d'enjeux certains pour la conclusion de cet album, par ailleurs fort intéressant pour ceux qui aiment les joutes cosmiques et verbales, et les histoires de cataclysme universel. Jim, il faut l'accepter, Marvel ne te fais plus confiance, et a d'autres ambitions narratives. Tant pis pour nous autres nostalgiques, qui avons entre les mains un fort joli graphic Novel chez Panini, pour étancher notre soif de ce qui aurait pu être, mais n'est pas tout à fait




A lire aussi : 




Commentaires

Enregistrer un commentaire

Désormais c'est à vous de jouer. Prenez votre plume ou votre clavier, et merci pour votre prose !