JUSTICE LEAGUE VS SUICIDE SQUAD #1 : BRANLE BAS DE COMBAT CHEZ DC

DC Comics et Warner ont deux cartes précieuses à jouer, pour ce qui est des équipes de leur univers super héroïque, au cinéma : d'un côté la Justice League, qui regroupe les principaux héros dont les vedettes Superman, Batman et Wonder Woman -avec un film fort attendu en 2017- de l'autre la Suicide Squad, une équipe qui était tombée aux oubliettes depuis quelques années, avant que la magie du grand écran ne vienne remettre sur le devant de la scène ces criminels, qui obtiennent une remise de peine en travaillant pour le gouvernement , le plus grand secret, sur des missions tellement périlleuses qu'on les considère suicidaires. Forcément les pousser à s'affronter est un bon moyen d'ouvrir la vanne à dollars, que ce soit dans les comics, ou dans les films. Sur le papier, voici donc venir une mini-série où Deadshot et ses hommes vont se retrouver engagés dans un combat face à Superman et les siens. En apparence ça semble assez mal engagé pour les méchants, sauf qu'ils ont un atout de poids : eux sont disposés a tuer pour remplir leur mission, tandis qu'en face les boy-scouts sont des gentils, et à part donner quelques claques, ils n'osent pas franchir certaines limites, qui restent tabous. En gros et pour simplifier l'histoire, les deux clans vont se retrouver sur une île du Pacifique qui était menacée par un terroriste, menaçant de la faire disparaître, victime de séismes gigantesques, au moyen d'une arme inédite appelée . Batman de son côté a eu récemment maille à partir avec Amanda Waller, la responsable du projet Suicide Squad, et il voit d'un très mauvais œil l'envoi de ces cinglés sur le terrain, dont les méthodes sont franchement discutables. Le Dark Knight parvient à convaincre ses amis de la Justice League qu'il est impossible de laisser faire tout ceci sans réagir, et du coup agitez bien, les bulles vont sortir, et ça va se taper dessus!



Dit comme ça c'est assez basique, mais c'est bel et bien ce qu'on peut lire dans ce premier numéro, ainsi qu'une surprise qui vous attend vers la fin, avec une nouvelle équipe badass en formation. C'est ce dernier point qui devrait être l'élément permettant d'étoffer et de crédibiliser ce premier véritable "event" de la nouvelle ère de Dc Comics, à savoir Rebirth. A ce sujet pas de panique, Urban Comics s'y attaquera avec classe au printemps, et nous serons là pour vous proposer un vrai guide de lecture complet, afin de vous faciliter la lecture. En attendant Joshua Williamson pose ses pions sur la table, et nous laisse à penser que le meilleur sera pour ensuite. Dc a aussi pensé à convoquer de très bons artistes, et au dessin Jason fabok assure grave, comme à son habitude, avec une mise en couleur plus claire et légère que d'habitude. Ses planches sont jolie et très dynamiques, et plairont assurément au plus grand nombre. Comic-book à classer au rayon blockbuster/divertissement pour l'instant, ne cherchez pas trop à approfondir avec ce premier numéro. Mais il n'est pas dit que cette histoire ne puisse nous surprendre vraiment dans quelques semaines. 


A lire aussi : 



Commentaires