BLOODSHOT REBORN TOME 3 : L'HOMME ANALOGIQUE

Cela fait maintenant quelque temps que je répète qu'il existe une excellente alternative au comics mainstream Marvel et DC : allez donc jeter un œil chez Valiant, notamment à la série Bloodshot Reborn, qui est tout simplement une petite perle du genre. En plus, vous ne serez pas dépaysés, car je vous ai déjà dit que je voyais beaucoup de similitudes entre ce personnage et Wolverine. Outre sa capacité à se régénérer (il n'a pas de facteur auto guérisseur mais des nanites dans le sang) Bloodshot ignore qui il est vraiment, et ce qu'il a pu subir pour en arriver là. Dans le volume 3, nous le retrouvons 30 ans dans le futur, dans une Amérique post apocalypse, inhospitalière, et disant le franchement, ça a un petit côté Old Man Logan (ou Mad Max) assumée. Pénurie d'eau, guerre impitoyable entre les Shadowmen (des espèces de pillards de l'ombre) et les rares survivants d'une colonie protégée par Bloodshot, le tout à l'ombre de la forteresse gigantesque qu'est devenue Los Angeles, et qui est aux mains d'une sorte de milice impitoyable, possédant une arme absolue, le gel glu, voilà le menu. Cette substance est constituée de nanites bien plus sophistiqués que ceux qui pullulent dans le sang de Bloodshot, ce qui leur permet de faire tout et n'importe quoi, et explique pourquoi notre héros est invisible : c'est que celui qui autrefois était une arme de guerre ultra moderne est devenu une relique du passé, et cela lui permet d'opérer dans les marges. Bloodshot semble heureux, il est en couple avec Magic depuis toutes ces années, et pourtant la tragédie va le rattraper, accompagnée de Ninjak, qui lui aussi refait surface. Sa vengeance s'annonce terrible.


Oui mais voilà les choses ne sont pas vraiment telles qu'elles le semblent. Pour comprendre où veux en venir Jeff Lemire, il va falloir que vous lisiez jusqu'au dernier épisode, et bien entendu il est hors de question que je vous gâche la surprise. Mais sachez que tout ce que je viens de vous dire est sujet à caution. Jetez-vous sur l'album, et vous comprendrez pourquoi! Tiens d'ailleurs, on peut tracer un parallèle avec ce que je vous racontais avant-hier, avec notre critique du volume 1 du Moon Knight de ce même Lemire, à sortir en février. Le dessin de ce volume 3 de Bloodshot Reborn est stupéfiant; Lewis LaRosa est de retour, est son style qui pioche aussi bien dans le réalisme photographique, que dans l'action pure et dure, typique des comics des années 90, est une réussite totale. Que le progrès il a pu faire ces dernières années! La mise en couleurs et le traitement graphique digital prennent tout leur sens, avec par moments des doubles pages qui sont littéralement somptueuses. Je vous le disais, difficile de ne pas aimer Bloodshot dans ces conditions. Le personnage a un véritable potentiel, et il récupère et recycle avec intelligence les codes de certains héros, qui ont fait le succès de Marvel par le passé. Chaque arc narratif se concentre sur un aspect particulier, et pour l'instant Lemire réalise un véritable sans faute avec ce titre. Bref, Bliss comics est véritablement arrivé dans l'aventure au bon moment : Valiant n'a jamais été aussi en forme et tendance qu'en 2017, et on va encore en voir de belles! 



A lire aussi : 





Commentaires