THE INFINITY GAUNTLET AFTERMATH : L'HEURE DE WARLOCK ET LA INFINITY WATCH

Retour sur la grande saga Infinity Gauntlet, ou plutôt sa suite directe, ses contrecoups, c'est à dire les Aftermath, comme le disent si bien les américains. Ce joli volume assez corpulent permet de comprendre ce qui s'est passé juste après la défaite de Thanos, et d'assister à la transition jusqu'à Infinity War, qui n'allait pas tarder à pointer le bout de son nez. Dans ce Tpb, nous avons ainsi les six premiers épisodes de la série de Jim Starlin, Warlock & the Infinity Watch. Adam Warlock a arraché les gemmes du pouvoir à Thanos, et ce faisant, il est devenu l'être suprême de notre univers. Un tel pouvoir ne sied pas à un simple mortel (même fabriqué artificiellement dans un laboratoire d'avant garde) et il est vite convoqué par l'assemblée des principales déités cosmiques, afin de restituer les gemmes. Mais Adam n'a pas l'intention de céder au chantage, et c'est lui qui décide avec qui partager ses incroyables facultés. Le groupe qu'il va mettre sur pieds est constitué de personnages mineurs mais tous aussi succulents les uns que les autres : Drax et Dragon Lune (cette dernière est sa fille, et elle a autrefois du tuer son géniteur, qui fort heureusement ne se rappelle de rien puisqu'il est devenu une brute sans cervelle), Pip et Gamora, et un autre "gardien" mystérieux dont l'identité était encore à découvrir. C'est l'incapacité potentielle de ces individus à être à la hauteur de leur tâche, et les relations humaines conflictuelles qui en découlent, qui font le sel de cette série agréable et chargée en nostalgie. Les dessinateurs se succèdent malheureusement trop vite, et le style varie beaucoup d'un épisode à l'autre. Ainsi, la transition entre le tout premier (Angel Medina) et l'artistye suivant (Rick Leonardi) est sous l'enseigne d'une variation radicale du trait et de l'ambiance. A l'époque tout cela était publié dans Titans, un de ces mensuels de la grande époque Lug/Semic que les plus jeunes n'ont pas connu.

Le Tpb nous propose aussi de retrouver le Silver Surfer, dans sept épisodes consécutifs à la chute de Thanos. Norrin Radd a été profondément marqué par l'accession à la toute puissance du Titan fou, et il a oeuvré pour le destituer. C'est dans les profondeurs du cosmos que le Surfer décide de se ressourcer, mais à peine a t-il repris le chemin de l'espace que différentes mésaventures lui tombent dessus. Il doit tout d'abord batailler contre un adversaire muet et coriace, puis donner un coup de main à un des doyens de l'univers, le Collectionneur, qui lui demande de récupérer une créature des plus dangereuses pour l'univers. En l'occurence il s'agit d'un virus qui va le faire délirer, et l'amener au contact de ses peurs les plus profondes, des cauchemars qui hantent sa psyché déjà fragile, et si souvent mise à nu dans les différents titres qui lui ont été consacré. Bonne nouvelle, c'est du Ron Lim au meilleur de sa forme, aux dessins. Jamais l'artiste n'aura été aussi propre et clair dans son travail que sur ces pages cosmiques où il semble très à l'aise. Quand à l'autre Ron, Marz cette fois-ci, il s'amuse avec le Surfer et prolonge la veine introspective de ses aventures, tout en musclant les enjeux avec des combats d'envergure. Là encore Semic a publié tout cela, mais dans Nova, à une époque où le mensuel était encore en kiosque dans son petit format traditionnel, qui l'a rendu si populaire. Pour compléter l'ensemble, signalons aussi un épisode du Doctor Strange inédit en Vf, où le mage et Warlock ont maille à partir au sujet de l'omnipotence de ce dernier. Une vingtaine de pages très anecdotique qui n'est là que pour étoffer l'ensemble mais n'apporte rien de plus. Un Aftermath sympathique, pour fans hardcore du travail de Starlin, et de Infinity Gauntlet. Il se trouve que j'en suis un!


A lire aussi : 







Commentaires