NIGHTHAWK : LA HAINE ENGENDRE LA HAINE (MARVEL DARK)

Aujourd'hui nous mettons le cap sur Chicago, pour aller découvrir les dernières aventures en date de Nighthawk. Qui est donc ce personnage? Le premier s'appelait Kyle Richmond et il avait été inventé par Roy Thomas et Sal Buscema sur les pages de la série des Avengers. Cette version là integra même le groupe des Défenseurs, alors qu'un autre Nighthawk, cette fois-ci incorporé à l'Escadron Suprême (un groupe de super-héros qui agissait sur une terre parallèle) obtenait aussi ses galons de personnage reconnu, grâce notamment à Marck Gruenwald. Plus récemment, Straczynski présenta une version retouchée du super-héros, toujours membre de l'Escadron Suprême (issu de la terre 31916), beaucoup plus violent et impitoyable que ses prédécesseurs, et afro-américain. Depuis les Secret Wars sont passées par là... désormais Nighthawk fait partie de notre univers, il évolue au sein du nouvel Escadron, qui est composé d'antihéros de différentes dimensions, et il est épaulé par Nightshade, une ancienne criminelle qui dans le passé a même transformé Captain America en un loup-garou. Sa mission est simple, débarrasser la ville de Chicago du crime... et ses méthodes font passer le Punisher pour un assistant social. Autrement dit, voici un album réservé à un public averti. Avec le scénariste David Walker, Nighthawk se retrouve à devoir évoluer dans un milieu totalement corrompu, que ce soit le crime, la finance, les entreprises et même les forces de l'ordre, il n'y a pas grand chose à sauver dans cette Chicago là. Dans cette histoire nous trouvons un riche entrepreneur qui désire faire construire un complexe résidentiel dans une zone pauvre de la ville. Bien évidemment ce ne sont pas les scrupules d'ordre éthique qui vont l'étouffer pour atteindre son but. Tout se complique à cause d'un groupe de suprématistes blancs (True Patriots) qui se consacrent au trafic d'armes, et un terrible serial killer qui élimine ses victimes de manière sadique. Qui est donc l'assassin et pourquoi s'en prend t-il à des victimes qui cachent des secrets? Et qui est donc Nighthawk, quelless sont ses motivations, pourquoi veut-il punir les criminels et faire triompher la justice de la sorte?



Walker nous explique tout cela et même si c'est très violent, ça n'est jamais complètement gratuit et sert le récit, qui plonge dans le hard boiled plus total. Nighthawk n'est pas antipathique, et des bribes de son background nous sont révélés, et on finit par le trouver même attachant. On n'oublie pas au passage d'aborder le racisme ou l'aliénation urbaine et on a le plaisir de lire quelque chose qui mêle divertissement et réflexion. Nightshade est ici présente pour quelques remarques sarcastiques, qui apportent une touche d'humour. Une dynamique fort sympathique se tisse avec Nighthawk.
Si les scènes d'action, la beauté plastique des moment dynamiques et des personnage est assez réussi, cela est aussi grâce au dessinateur Ramon Villalobos, capable de mettre en place une alternance intéressante de petites vignettes et de doubles pages, qui diversifie et densifie ces épisodes. Certes le réalisme n'est pas son fort, mais il est volontairement à placer du coté des épigones de Quitely, et son trait possède une classe innée, et un caractère bien trempé. Encore une fois on se rend compte que la plupart des meilleures séries Marvel du moment sont celles qui ne comportent pas d'enjeu commerciaux importants (le titre a été vite arrêté faute de ventes) et qui semblent pousser discrètement dans les sous-bois des séries mal aimées. Nighthawk en est un bon exemple et nous ne pouvons que le recommander à ceux qui désirent quelque chose d'adulte et de bien construit. Assurément une bonne surprise, dans la collection Marvel Dark de Panini. 




REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE www.facebook.com/universcomics



A lire aussi : 





Commentaires